04 juillet 2020

Nice, son histoire et sa culture

Découvrez ici l'histoire du Comté de Nice et de la culture niçoise avec ses particularités : sa langue, ses traditions, son carnaval, sa cuisine...

Nice est une ville frontière qui a longtemps oscillé entre la domination française et la domination italienne, elle a fréquemment changé de souveraineté, a appartenu au Comté de Savoie, et n'a été annexée à la France qu'en 1860 suite à la signature du traité de Turin entre Victor-Emmanuel II (Duc de Savoie) et Napoléon III.

Nice est une ville dont le développement a été très rapide et dû essentiellement au tourisme, grâce à son paysage et à son climat tout deux exceptionnels. Le tourisme a commencé dès le XVIIIe siècle avec l'arrivée des premiers hivernants anglais. L'aristocratie anglaise a contribué à la planification urbanistique de la ville avec la construction de la Promenade des Anglais et à la renommée internationale de la ville en tant que destination des vacances accessible seulement aux riches, puis après la deuxième guerre mondiale, accessible à une plus large gamme de visiteurs.

Le Pays niçois reste une région culturellement marquée, en particulier la ville de Nice qui possède sa langue, sa cuisine, son folklore, son Carnaval, ses fêtes...

La langue niçoise :
Elle constituait au départ une forme de l'ancien provençal, puis elle reçut une influence des parlers italiens voisins et évolua plus ou moins selon les territoires du comté niçois. En 1860, la population niçoise était majoritairement italo-niçoise et le français était parlé par une minorité, par les élites urbaines et l'aristocratie locale. La langue française ne commença à s'imposer qu'à partir de 1880 avec la loi Jules Ferry, ce qui déboucha sur un certain déclin des langues locales et surtout de l'italien. Le niçois est aujourd'hui encore en partie utilisé, par les anciens bien sûr, et à l'occasion des manifestations culturelles qui sont encore nombreuses. Ainsi, tous les habitants de la ville (même ceux qui ne sont pas d'origine niçoise, et dieu sait qu'ils sont nombreux ici) connaissent une bonne partie des paroles et l'air de l'hymne locale "Nissa la Bella". Les enfants l'apprennent aussi généralement à l'école.

Le folklore niçois :
Il propose musique, chant en langue niçoise, danse, costumes.
La danse folklorique est la farandole et ses variantes (brandi, mourisca, passa cariera) ; filles et garçons dansaient dans les rues et sur les places les jours de fête, au son du fifre et du tambour, parfois du violon ou de la vielle à roue.
Le folklore niçois se pratique encore aujourd'hui lors des fêtes traditionnelles, avec le groupe folklorique Nissa La Bella qui parvient facilement à entraîner la population à danser et à chanter avec eux.

Des balèti (bals musette) sont régulièrement proposés à l'occasion des fêtes niçoises.

Niçoises en costume traditionnel


Les fêtes niçoises traditionnelles :

  • Le festin des Cougourdons (festin dei cougourdoun) :
    Cette fête date du Moyen-Age et célébrait la fin de l'hiver et le début du printemps. Une procession avait lieu depuis le coeur de Nice jusqu'à l'église du Monastère de Cimiez, suivie d'une messe, puis d'un festin et d'un marché des "cougourdons". Il s'agit de légumes non comestibles de la famille des cucurbitacées que traditionnellement les niçois transformaient en récipients, en instruments de musique ou en objets artistiques. Cette fête avait aussi pour coutume d’exposer en public les conflits des ménages, d’où le nom de «festin des Reproches» (on retrouve encore aujourd'hui ce thème dans les scénettes du folklore niçois).
    Cette fête a lieu de nos jours le dernier dimanche de mars dans les jardins des Arènes de Cimiez. Elle propose spécialités culinaires, spectacle folklorique et marché présentant des cougourdons décorés.

  • La fête des Mai (festa dei Mai) :
    Cette fête célèbre le printemps, le renouveau de la nature, l'arrivée des beaux jours. Cette grande fête populaire et conviviale permet de découvrir les trésors et les coutumes niçois : spectacle folklorique, balèti, spécialités culinaires niçoises... Elle propose aussi de nombreuses animations pour les enfants. Cette fête a lieu les quatre premiers dimanches du mois de mai dans les jardins des Arènes de Cimiez.

  • La fête du Vœu (festa dou vout) : Cette tradition catholique remonte à 1832 lorsque la ville de Nice fût menacée par l'épidémie de choléra qui sévissait en France. La Municipalité pria la Vierge de protéger la ville, et ce vœu fût considéré comme exaucé puisque la ville échappa à l'épidémie. En remerciement de l'exécution de ce vœu, l'église Notre-Dame-des-Grâces (dite "église du vœu") fût alors construite.
    Une commémoration a, depuis, lieu chaque année fin mai, avec un rassemblement place Saint François dans le Vieux-Nice, le renouvellement du Vœu par le Maire de la ville, une procession vers l'église du Vœu, une messe et des animations traditionnelles folkloriques.

  • La fête de la Saint-Pierre (festa de Sant Peire) :
    Cette fête célèbre le Saint Patron protecteur des pêcheurs. Traditionnellement, une grande messe était donnée en son honneur à l'église du Gesù au Vieux-Nice, puis une émouvante procession avait lieu et les pêcheurs se rassemblaient sur la plage des Ponchettes où la barque du plus pauvre était brûlée et remplacée par une neuve.
    Toujours à l'honneur aujourd'hui, cette tradition a lieu fin juin ou début juillet dans le quartier du Port, avec une grande fête : messe à l'église Notre-Dame-du-Port, procession jusqu'au quai d'Entrecasteaux, accompagnement folklorique, embarquement de la statue de Saint-Pierre et cérémonial d'hommage, cortège de bateaux, embrasement de la barque puis balèti populaire.

  • Les autres fêtes : la fête de la Malonat, la Saint Barthélémy, la fête de la Sainte Réparate, l'hommage à Catherine Ségurane, la fête de l'Assomption...

Petites niçoises


Le Carnaval de Nice :


Il est le plus grand carnaval de France et l'un des plus célèbres du monde. Il existe depuis 1873 et se déroule chaque hiver au mois de février pendant deux semaines. Il propose un Corso carnavalesque formé de chars et de "grosses têtes", ses majestés le Roi et la Reine, des troupes d'arts des rues et des groupes musicaux, la célèbre Bataille de Fleurs, et le Corso carnavalesque illuminé.

Le Roi du Carnaval


La cuisine niçoise :

Il existe beaucoup de spécialités culinaires niçoises :

  • la socca
  • le pan bagnat
  • la salade niçoise
  • la daube niçoise
  • les pâtes fraiches
  • la pissaladière
  • les farcis
  • les poivrons à l’huile d’olive
  • la ratatouille niçoise
  • la coca
  • les beignets de fleurs de courgette
  • les beignets d'aubergines
  • les panisses
  • les fleurs de courgette farcies
  • les olives niçoises et l’huile d’olive
  • la bagna cauda
  • la tourte de blettes (sucrée)
  • la gratta keka…


Pour en savoir plus sur la culture niçoise et sur l'Histoire de Nice :

  • Musée des Arts et Traditions populaires du Pays Niçois : Palais Lascaris, 15 rue Droite, Vieux-Nice
  • Musée d'Art et d'Histoire : Musée Massena, 65 rue de France, Nice

Costume de la niçoise bouquetière